Quiévrain / Hensies: Insécurités dans les trains?

Pin it!

Blog Gare Quiévrain.JPG

Voilà un communiqué du député-bourgmestre hensitois Eric Thiébaut qui devrait intéresser les usagers des trains qui montent et descendent « en gare » de Quiévrain, Thulin ou Hainin. Trois arrêts qui d’ailleurs ne méritent plus guère l’appellation de « gare ». Mais c’est une autre histoire. Quoique ? Si vous vous sentez concernés par le problème évoqué, n’hésitez pas ! Ce blog vous donne toujours la parole…

 

« Depuis de nombreuses années, les agressions dans les trains et dans les gares prennent une ampleur de plus en plus inquiétante. Qu’il s’agisse d’agressions physiques ou verbales, de nombreux utilisateurs et accompagnateurs de train se retrouvent confrontés à des faits de violence récurrents sur nos lignes.

Ce phénomène est particulièrement préoccupant dans la région de Mons-Borinage. En effet, la presse régionale vient de faire échos du bulletin sécurité 2011 fourni par la SNCB.  Celui-ci relève une augmentation du nombre d’agressions physiques et verbales par rapport à 2010 sur les cinq lignes passant par cette région. Pour ce qui concerne les lignes 78 (Mons - Saint-Ghislain), 92 (Jurbise - Mons), 96 (Jurbise - Mons - Quévy), 97 (Quiévrain - Saint-Ghislain-Mons) et 118 (Mons - La Louvière), les données publiées recensent ainsi treize cas d’agressions physiques en 2011 au lieu de six pour 2010. Tandis que les agressions verbales sont aussi en augmentation, avec 22 faits au lieu de 16.

La ligne la plus touchée est celle qui passe par Mons et Saint-Ghislain.

Le phénomène n’est pas neuf, en 2004 déjà la SNCB avait mis sur pied un plan de sécurité renforcé pour lutter contre la violence sur son réseau.  Il prévoyait notamment le placement de 1500 caméras, contre 300 à l’époque. Par ailleurs, interrogé sur le sujet en janvier dernier, le Ministre Paul Magnette a annoncé que la SNCB-Holding avait autorisé le Corporate Security Service à recruter 40 personnes supplémentaires en 2012.

J’estime que la situation ne peut pas rester en l’état.  C’est pourquoi je poserai les questions suivantes au Ministre lors de la prochaine commission Infrastructure à La Chambre :

·       Les navetteurs de Mons-Borinage peuvent-ils espérer des mesures spécifiques pour la sécurisation de leurs lignes ?

·       Un renforcement de la prévention par une présence visible d'agents de B-Security est-il envisageable ?

·       Quel est l’état des collaborations avec les zones de police concernées ?

Rens. : 0476 55 35 27 »

 

 

Lien permanent Imprimer

Commentaires