natagora

  • Haut-Pays: Comme les arondes gobent les mouchettes!

    Pin it!

    Blog Hirondelles 2012.jpg

    Voilà un avis qui devrait intéresser ceux qui veulent jouer un rôle actif en faveur de leur environnement.

    « Pour découvrir les hirondelles, Natagora et son pôle ornithologique, Aves, organisent du samedi 23 juin au dimanche 1er juillet, la 4ème édition de "Devine, combien d'hirondelles sont nos voisines ?", un grand recensement où le public est invité à observer les hirondelles et martinets, et à dénombrer leurs nids. Une analyse des localisations des nids renseignés au moins deux fois lors des trois premières éditions montre que l’hirondelle de fenêtre et l’hirondelle rustique ne semblent plus être en déclin puisque la tendance pour ces deux espèces est une augmentation du nombre de nids.  Natagora asbl invite le public à renforcer la couverture géographique de ce grand recensement et convie les participants des éditions précédentes à aller vérifier si les nids, qu’ils ont recensés, sont toujours présents et occupés. Le dépliant de participation à l’opération, dans lequel sont illustrés les trois espèces d’hirondelles et leurs nids, est téléchargeable sur www.natagora.be/hirondelles.

    Un dossier pédagogique, destiné aux enseignants et aux animateurs, est également disponible sur www.natagora.be/hirondelles. »

    Si ces charmants oiseaux hélas plus forcément annonciateurs du printemps nichent près de chez vous, dites-le nous ! Ce sera une sorte de petit recensement à l’échelle locale. Mais surtout prévenez aussi Natagora, qui rappelle que l’on peut aisément installer soi-même des supports de nids et protéger les façades des fientes grâce à des planchettes plutôt que d'empêcher les hirondelles de nicher ! N'ayez pas l'esprit carré quand nichent chez vous des arondes!

    Photo: Jean-Marie Poncelet.

     

    Lien permanent Imprimer
  • Haut-Pays: Du nouveau du côté de Dame Nature.

    Pin it!

    ILJN121202.jpg

    Les associations naturalistes de la région transfrontalière nous font parvenir l’avis suivant :

     

    « C’est bien connu, la nature n’a pas de frontière…

    Si c’est vrai  pour nos espèces animales et végétales, dans la pratique ce n’est pas toujours le cas pour ceux qui s’occupent de leur préservation.

    C’est pourquoi trois partenaires Français et Belges, le CPIE Bocage de l’Avesnois (F), la Régionale Centre Ouest Hainaut de Natagora (B) et l’Asbl Réserves Naturelles RNOB (B) se sont associés pour déposer un micro-projet européen Interreg IV.

    Et c’est avec joie que nous pouvons maintenant vous annoncer que ce projet Interrreg TRANSNATHA (pour Nature Transfrontalière en vallée de la Haine et Avesnois) a été retenu par le comité de sélection inter-régional.

    Jusqu’en juin 2013, ces associations mettront en œuvre conjointement un programme constitué de différentes rencontres techniques et méthodologiques, de visites de terrains thématiques, de formation pratiques,… afin de renforcer et de décloisonner les actions de protection de la nature dans le territoire du projet. Par une meilleure connaissance et une mise en commun des expériences respectives, entre opérateurs wallons et français, l’efficacité de chacun et son spectre d’action pourront être étendus.

    La zone du projet s’étend à l’ensemble des arrondissements de Mons en Belgique et d’Avesnes-sur-Helpe en France, même si les activités seront plus concentrées dans la zone frontalière, afin d’éviter de trop longs déplacements.

    Les associations partenaires étant fondées sur le volontariat, il est indispensable que ces échanges s’adressent au grand public ainsi qu’à l’ensemble des membres actifs des associations. Cela permettra d’acquérir des savoirs et des savoirs faire nouveaux, transposables à toute la zone du projet. De cette meilleure connaissance commune et du territoire naturel transfrontalier pourront naître des projets collectifs réellement transfrontaliers.

    Une première activité est d’ores et déjà annoncée (voir ci-dessous) et une conférence de presse pour une présentation plus détaillée de notre programme suivra fin avril-début mai ».

     

     Contacts :    Belgique                                 

                       Vincent Swinnen                              

                       vincent.swinnen@natagora.be           

                       (0032) 65.75.54.75                                     

     

     

    Lien permanent Imprimer
  • Haut-Pays: On a mesuré l'effet "papillon"!

    Pin it!

    Blog Natagora Papillon.jpg

    Photo: G. Bottin.

    Dans notre région, les amoureux de la nature sont nombreux. C’est donc tout spécialement pour eux que nous relayons les résultats du recensement national des papillons de jardin mené par Natagora il y a quinze jours.

    L’association naturaliste déclare :

    « Alors que le printemps avait été exceptionnel pour les papillons, l'été ne l'est certainement pas ! Peu de papillons ont donc été comptés dans les jardins, lors du grand recensement "Devine, qui papillonne au jardin ?" organisé pour la cinquième année consécutive par Natagora le week-end des 6 et 7 août derniers. Les chiffres, bien qu’encore fragmentaires, peuvent être comparés avec ceux de 2008 où les conditions météo avaient été similaires. En effet, en 2008, une moyenne très faible de 8 papillons par jardin avait été recensée en Wallonie et à Bruxelles, chiffre identique à celui de cette année. Cependant certaines espèces semblent bien s'en sortir comme la petite tortue, qui, cette année, est pour la première fois le papillon le plus présent (en dehors des piérides difficilement différenciables). On notera également une bonne présence de l'amaryllis, qui continue sa progression observée depuis le début des recensements en 2007. En 2011, cette espèce est la troisième la plus présente, rang qu'elle n'a jamais atteint depuis le début des recensements en 2007. L’augmentation du nombre d'amaryllis constatée en Belgique mais aussi aux Pays-Bas et en Grande-Bretagne, est probablement un des effets les plus tangibles du réchauffement climatique en cours malgré l'été plus que capricieux que nous connaissons cette année ».

    Envie d’en savoir plus ? Surfez donc sur www.papillonsaujardin.be

    Lien permanent Imprimer