La malle du siècle donne rendez-vous à nos descendants en 2114

Pin it!

malle-index.jpgCe dimanche 7 septembre à 20h14, la malle du siècle sera enterrée à Autreppe pour une durée de 100 ans. Environ 170 Honnellois, 300 enfants et plusieurs membres de la commune y ont placé des objets à destination de leurs descendants. Information sur le travail, secrets de famille jamais dévoilés, brevet d’inventeur ou encore carte aux trésors sont déjà prêts à traverser le temps.

Depuis plusieurs mois, la commune de Honnelles prépare sa malle du siècle. Celle-ci sera enterrée pour une durée de 100 ans près de l’administration communale ce dimanche. À quelques jours de l’événement tant attendu, nous avons fait le tour des objets ou des mots déposés à l’intérieur. Plus de 165 citoyens et 300 écoliers ont déposé leur contribution.

1.Une carte aux trésors pour trouver un Louis d’Or
Parmi les éléments inattendus de la malle du siècle, il y a une carte aux trésors. «Une personne a enterré un Louis d’Or quelque part. Dans la malle, il y a une charade qui va permettre de le retrouver », explique Bernard Paget, le bourgmestre de Honnelles. Autant dire qu’il a fallu prendre soin de fermer la lettre et de ne pas laisser des personnes l’approcher.

2.Des infos pour ne pas oublier les métiers d’aujourd’hui
malle2.JPGLes habitants de la commune ont aussi choisi de laisser des souvenirs de leur métier. « La pharmacienne a, par exemple, laissé un gellulier. On en utilise déjà presque plus actuellement », montre M. Paget. Les cafés ont aussi laissé leurs tarifs pour permettre à nos descendants de comparer les prix. « On retrouve aussi un menu complet d’un restaurant, une présentation des pralines Druart, un mot sur l’élevage de chevaux de trait… », énumère le bourgmestre. Les Honnellois du futur pourront aussi découvrir le prix du mazout en 2014, le fonctionnement de la banque ou encore les horaires des bus TEC. Encore plus précis, une infirmière a décrit son dernier trajet avec les pathologies de ses patients et une gardienne d’enfants a laissé un album photos pour décrire comment elle pratique son activité. «Les postiers se sont aussi regroupés pour faire une photo. Ils ont indiqué leur tournée. Il y a vraiment un panel intéressant de choses », ajoute M. Paget. Enfin, encore plus inattendu, un inventeur a laissé son brevet et les plans d’une machine qu’il a inventée pour la dentisterie.

3.Les sports locaux de 2014 envoyés dans le futur
Les plus sportifs des Honnellois ont aussi tenu à laisser leur marque. Dans la malle du siècle, il y a donc un maillot de foot mais aussi des choses très spéciales. « Il y a un gant de jeu de balle, une quille de Mölkky ou une chôlette pour le crossage », affirme le bourgmestre. Bien sûr, les clubs sportifs ont veillé à joindre des explications sur ces sports déjà bien spécifiques à notre époque.

4.Les artistes qui ne veulent pas être oubliés
Dans la malle du siècle, il y a aussi des œuvres. À côté de la plaque de l’école du cirque de la commune, on peut aussi voir un tableau ou encore certains livres. « Il y a le livre «Le secret des Honnelles» mais aussi le CD d’Antoine Hénaut », complète le bourgmestre. Plus folkloriques, des affiches des différentes ducasses de la commune

5.L’école du futur: Apprendre sans rien faire
Les écoliers honnellois ont aussi pu laisser leur trace dans la malle. 300 d’entre eux ont écrit ce qu’ils pensaient de l’école d’aujourd’hui. « Les plus grands ont aussi raconté ce qu’ils imaginaient de l’école du futur. Pour eux, il n’y aura plus rien à étudier. Une puce sera mise dans la tête des jeunes avec toutes les informations (rires) », raconte l’organisateur du projet.

6.Des documents officiels et communaux
Quoi de mieux pour comparer le présent et le passé que des documents officiels? En tout cas, nos descendants seront servis. Il y aura une carte d’identité, un passeport, un certificat de bonne vie et mœurs, un permis de conduire ou encore un livre contenant les règles de la circulation routière dans la malle. « Nous allons aussi y mettre des photos sur le passage des immondices ou encore sur les impôts. Il y aura aussi tout le matériel d’un employé de bureau et certains ont voulu y mettre des photos de mariage », nous dit M. Paget. Les associations de la commune vont aussi laisser une présentation de leur action.

7. Des bouts de vie jamais racontés
La malle du siècle est aussi l’occasion pour certains habitants de dévoiler des secrets à leurs descendants. Dans ces cas-là, les lettres sont scellées et ne pourront être ouvertes qu’en 2114. « Les gens m’ont avoué qu’ils ont pleuré en écrivant leur lettre. C’est un peu un bout d’eux qui s’en va avec cette malle », com- mente M. Paget. Des habitants y auraient donc révélé des parties entières de leur vie que tout le monde ignore actuellement. Également très original, une personne a essayé de rassembler un maximum de personnes nées un 7 septembre (jour de l’enterrement de la malle) et a fait une photo. Une recherche qui lui a permis de rencontrer des personnes qu’elle ne connaissait pas du tout au départ! Certains ont laissé un message à leur descendant pour leur expliquer leur vie à l’époque. D’autres ont visé encore plus gros en laissant une pile de documents ou des plans.

8.Une malle qui intéresse aussi les autres communes
Les communes voisines d’Honnelles ne sont pas restées indifférentes à la malle honnelloise. Les partenaires les plus fréquents de la commune vont y laisser des mots. « Normalement, une délégation de Saint-Amand (endroit où Verhaeren a vécu) viendra pour mettre un texte dans notre malle. Le maire de Rombies (France) et les bourgmestres de Quiévrain, Saint- Ghislain et Gussignies vont aussi y mettre un texte », précise le bourgmestre honnellois.

9.Un comité de recherche des descendants en 2114…
Alors que la malle n’est toujours pas enterrée, le bourgmestre imagine déjà ce que va être son ouverture dans 100 ans. Il espère qu’un comité de recherche va être créé pour retrouver les descendants. « Je pense que des personnes vont rechercher les destinataires des lettres. On le fait bien actuellement avec les lettres de guerre ou autre », conclut-il.

Un article de Céline Sohier pour La Province

Lien permanent Imprimer Catégories : Agenda, Commune, La Province

Commentaires